Walden: a Game, une expérience documentaire à la première personne

Une retraite spirituelle interactive sur les traces du philosophe du 19ème siècle Henry David Thoreau.

Développé par Tracy Fullerton, directrice du Game Innovation Lab de la School of Cinematic Arts de l’université USC, Walden: A Game est une simulation reconstituant l’expérience de survie menée par le philosophe nord-américain Henry David Thoreau à Walden Pond, Massachussetts, en 1845.

Le jeu fait partie des projets présentés cette année dans la section New Frontier du Festival de Sundance, dédiée aux créations digitales qui explorent les nouvelles formes narratives. Walden est une œuvre singulière dans le domaine du documentaire, la reconstitution immersive d’une expérience menée il y a plus de 170 ans, dans laquelle les joueurs sont invités à incarner le philosophe et vivre l’expérience qu’il documenta dans Walden, or Life in the Woods, un classique de la littérature nord-américaine.

Walden est un jeu de survie naturaliste. Immergé dans les bois autour de l’étang de Walden, le joueur a pour mission de s’adonner à un certain nombre d’activités nécessaires à sa survie : construire une cabane, trouver de quoi se nourrir, se chauffer et consolider son abri, sur une période couvrant huit saisons. Au-delà de la simple survie, le joueur est également invité à trouver un sens à sa quête, en prenant le temps de se confronter à la solitude et l’isolement pour méditer sur son rapport à la nature.

Walden: A Game

« En créant Walden: A Game, j’ai voulu restituer les sentiments et la sensibilité exprimés dans le livre sous la forme d’une expérience interactive. Thoreau raconte son expérience à la première personne, et le fait de pouvoir plonger les joueurs dans la même expérience m’a semblé être le meilleur moyen de rendre grâce à la démarche de Thoreau. C’est un jeu calme, au rythme contemplatif, qui offre aux joueurs du temps pour absorber l’expérience et sa philosophie sous-jacente. »

Développé sur une période de huit ans, Walden: A Game est emblématique de la volonté de Fullerton d’étendre la dimension narrative des jeux vidéo, ainsi que leur capacité à exprimer des émotions plus complexes. Signe des temps, le jeu fait écho à notre besoin très actuel de résister à l’incursion croissante de la technologie dans notre vie quotidienne, volonté que l’expérience de Thoreau cherchait à appréhender à l’époque où des inventions comme le chemin de fer et le télégraphe commençaient à altérer le rythme paisible de son existence.

Figure singulière des médias interactifs, Tracy Fullerton milite depuis toujours pour une plus grande diversité dans le monde de la création vidéoludique, et pour des expériences plus profondes, comme celles qu’elle encadre au Game Innovation Lab d’USC : « J’espère sincèrement que nous allons voir plus de diversité à la fois du côté des contenus et du côté des créateurs. Dans mon travail avec de jeunes game designers, j’essaie toujours de les encourager à réfléchir au-delà des figures traditionnelles du jeu. C’est un pari risqué, mais c’est un risque à prendre si nous voulons que l’industrie du jeu parvienne à s’affranchir des limites qu’elle s’impose en matière de genres et de mécaniques de jeu. »

Les jeux ne facilitent pas l’apprentissage, ils le rendent résolument plus difficile, mais de manière stimulante et divertissante.

En janvier, Tracy Fullerton a sorti une nouvelle mouture de Mission: Admission, un jeu Facebook conçu pour aider les lycéens à mieux comprendre les stratégies et les compétences requises pour réussir son inscription universitaire, en collaboration avec le programme Get Schooled de MTV. En plus de Walden, elle travaille sur une version commerciale de The Night Journey, projet initié avec l’artiste contemporain Bill Viola, présenté sous forme d’installation itinérante depuis 2007, ainsi que sur de nouveaux titres — un jeu où vous incarnez un jeune scientifique étudiant la vie microbienne souterraine, ainsi qu’une série de jeux d’histoire pour collégiens.

A propos du potentiel éducatif des jeux, Tracy Fullerton ne les envisage pas comme des ‘outils’. « Pour devenir un outil, quelque chose doit faire preuve d’efficacité. Les jeux sont par nature des systèmes inefficaces. Ils ne facilitent pas l’apprentissage, ils le rendent résolument plus difficile, mais de manière stimulante et divertissante. Les game designers et spécialistes de l’apprentissage qui ne reconnaissent pas la nature inefficace des jeux éducatifs courent le risque de détruire ce qui fait l’essence même d’une expérience ludique. Il est primordial que les jeux n’enseignent rien aux joueurs, mais plutôt qu’ils leur permettent d’apprendre. C’est une distinction essentielle plombe les jeux éducatifs dès leur conception« .

Walden: A Game sortira courant 2016 sur PC et Mac.
Site de Walden: A Game
Site de Tracy Fullerton
USC Game Innovation Lab

Categories
Jeu vidéo
0 Comment

Comment / Commenter

*

*

RELATED